Flash infos :

Gabon-report de la Can en 2022:  Quel visage pour les Panthères ?

Par  Jules Bernard MOUYENGUE

C’était presque devenue une évidence et l’option d’un report était plus que nécessaire au regard de l’évolution de la pandémie de la Covid-19 sur le continent, bien que celui-ci soit relativement épargné à l’heure actuelle. Après plusieurs mois d’observations, la Confédération africaine de football (Caf), a tout simplement privilégié le choix de la raison en repoussant d’une année, la Coupe d’Afrique des nations que le Cameroun, devait accueillir en 2021. Celle-ci aura finalement lieu en 2022, soit la même année que le prochain mondial au Qatar.

Si dans l’ensemble cette décision a été très bien accueillie par l’ensemble des principaux concernés, notamment les présidents des fédérations nationales et joueurs, celle-ci ouvre également le champ à un certain nombre de préoccupations compte tenu de la durée de ce report. Au Gabon, où la qualification pour cette Coupe d’Afrique des nations, constitue l’objectif fixé par Pierre Alain Mounguengi , à Patrice Neveu, au moment où ce dernier prenait en charge cette équipe, l’on tient fermement à cette expédition camerounaise.

C’est la raison pour laquelle nous osons donc croire que cette année devant nous, devra permettre à la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) de faire un travail d’introspection au terme des deux premières journées déjà disputées, lesquelles placent d’ailleurs les Panthères du Gabon à la deuxième place de la poule avec 4 points derrière la surprenante équipe de Gambie. Il s’agira en effet à la direction technique nationale  de mieux préparer davantage l’équipe, quand on sait que plusieurs internationaux gabonais, parce que trentenaires déjà, sont aux portes de la retraite, et pourrait ne pas être de l’expédition 2022, en cas de qualification.

 Une situation qui vient ici, remettre au jour, le sempiternel problème de relève dont a toujours été confronté, le football gabonais. La faute sans doute à un système de formation quasiment inexistant tant dans le programme de la Fegafoot mais aussi au niveau des clubs tant professionnels qu’amateur.

Résultat,  les sélections nationales de petites catégories, sont très souvent montées à la va vite, car il n’existe à l’heure actuelle, aucun fichier ni suivi de tous ces jeunes  joueurs. C’est donc ce vaste travail que doit mener la Direction technique nationale (DTN), au regard des enjeux à venir. D’autant que l’équipe du Gabon a cruellement besoin d’une régénération en profondeur le plus tôt  possible, bien que Patrice Neveu, lui ait indiqué que celle-ci, se fera naturellement. En attendant, cette longue période d’arrêt, doit servir aux différents acteurs du football gabonais (fédération, linaf, clubs, centre de formations, joueurs) à redéfinir le modèle souhaité.

Car, les grandes batailles se disputent dès aujourd’hui. Il serait tout à fait inimaginable que les mêmes difficultés et autres lacunes observées çà et là durant l’année 2020 se retrouvent toujours sur la table au moment d’aborder 2021.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

P