Gabon/ Interview- Rémy EBANEGA Président de l’ANFPG: « Nous sommes là aussi pour proposer des solutions au-delà de dénoncer les conditions »…

Réalisée Par Christian Gabin BIBALOU 

L’ancien international gabonais, Remy Ebanega , actuel président de l’Association nationale des footballeurs professionnels gabonais s est récemment confié à notre rédaction. Au cours de cet entretien à bâton rompu , l’ancien joueur des Panthères a fait le point des différentes actions menées par l’association. Mieux, il émet le souhait ardent de voir la Chambre nationale de résolutions de litiges voir le jour, en plus de la mise en route du Fonds gabonais du football. Excellente lecture !

LESPORTIF: Comment se porte  L’ANFPG au Gabon et qu’elle est le rôle de cette association ?

Rémy EBANEGA: L’ANFPG se porte bien, elle continue son processus de développement. En effet, les deux missions principales de L’ANFPG sont la défense des droits et intérêts des footballeurs et la valorisation du statut de Footballeur au Gabon. Pour remplir ces missions, nous avons plusieurs services qui sont
Le service juridique
Le service aux joueurs
Le service Formation Reconversion et les « boutiques solidaires » qui sont deux services portés par le Fonds Gabonais des Footballeurs que nous avons lancé il y a deux ans.

Le service juridique

Le service aux joueurs

Le service Formation Reconversion et les « boutiques solidaires » qui sont deux services portés par le Fonds Gabonais des Footballeurs que nous avons lancé il y a deux ans.

Quel est le constat que vous faites sur le terrain concernant vos membres?

Le constat que nous avons fait sur le terrain d’abord, celui-là qui nous a emmené à créer l’ANFPG en 2015 est le manque de reconnaissance du métier de footballeur au Gabon, c’est cette situation qui est à l’origine de tous les maux (absence et violation de contrat, le suivi médical et social inexistant, aucun mécanisme d’accompagnement sur le plan socio professionnel pour faciliter la reconversion, aucun mécanisme d’accompagnement permettant aux plus jeunes de terminer leur formation scolaire au moins jusqu’au BAC,….


L’objectif maintenant est de mettre en place des mécanismes directs et indirects pour sortir le footballeur petit à petit face à cette situation. Mais aussi inciter les institutions à se pencher de plus près sur cette situation pour le bien et la promotion de notre football.C’est un secteur d’activité qui doit également contribuer à l’économie du pays si nous arrivons tous ensemble à bien le structurer. Il faut dire que ce n’est pas chose facile mais c’est des objectifs qui sont à notre portée.

Nous constatons un certain calme de votre part sur certains sujet d’actualité, Est-ce une stratégie de votre lutte ?

Comme je viens de le dire plus haut, nous ne faisons pas que lutter, nous sommes plutôt une force de proposition pour le bien-être socio-professionnel des footballeurs et pour la promotion de cette discipline sportive dans notre pays.Après nous avons une feuille de route bien claire, contenant des actions programmées et précisant comment gérer les actions ponctuelles.Pour dire que nous n’allons pas commenter ou interagir dans des sujets qui sont pas forcément liés à nos missions, même s’ils concernent le football. Nous avons déjà beaucoup de choses à faire et ce n’est pas le moment de nous disperser.

L’ANFPG compte combien d’adhérents aujourd’hui?

Il faut comprendre que tous les footballeurs du National foot 1 et 2 sont membres de fait à l’ANFPG, mais chaque année les engagements sont renouvelés.C’est pourquoi nous faisons des tournées annuelles de sensibilisation et d’adhésion pour être plus près de nos membres (hommes et femmes).Je profite de l’occasion pour remercier tous les clubs qui ont compris l’importance de notre travail de sensibilisation des joueurs sur leurs droits et leurs devoirs, ces derniers nous facilitent l’accès à leur Organisation. Mais notre souhait est de pouvoir collaborer avec tous les clubs pour visiter nos membres.Pour cette année, nous avons pu enregistrer 340 engagements, grâce à notre adhésion en ligne via notre site internet et d’autres joueurs qui sont passés directement à notre siège.

Après 5 ans à la tête de l’association,  qu’est  qui a été fait concrètement pour le bien des Footballeurs?

Après 5 ans à la tête de l’ANFPG, ce qui a été fait pour le bien des footballeurs c’est d’abord la création de l ‘ANFPG. En terme de suivi juridique individuel, nous avons permis déjà à près de 300 joueurs de rentrer dans leur droit sur le plan local, nous avons représenté auprès de la chambre de résolution de litige de la FIFA trois footballeurs internationaux gabonais évoluant à l’étranger et nous avons eu gain de cause, ces joueurs sont rentrés dans leurs droits, et nous avons en ce moment même un dossier en cours, la FIFA s’est prononcée en notre faveur et là, nous attendons que le club en question règle au joueur le montant fixé par la FIFA. Sur le plan collectif, nous sommes sur le dossier que tout le monde connaît c’est à dire la dette des clubs aux joueurs saisons (2016-2017 et 2017-2018), ce dossier est également sur la table de la FIFA, et les conciliations sont en cours pour régler définitivement ce litige qui a fait couler beaucoup d’encre au Gabon.

En terme de valorisation du statut du footballeur, nous avons lancé le Fonds Gabonais des Footballeurs et mis en place le service formation reconversion et les Boutiques Solidaires.
Pour le SFR, le premier Profil que nous accompagnons s’appelle Shana TSOUNGUI Qui évolue aujourd’hui à OM Feminin, elle a été inscrite à Kenco filière électricité bâtiment et va présenter son mémoire dans les prochains jours. Elle a également été invitée à passer le concours pour intégrer les techniciens de la SEEG. Nous sommes très fiers d’elle.
Pour ce qui est des BS que nous lançons en septembre, il est question d’accompagner les footballeurs en difficulté en leur mettant à disposition les produits de première nécessité.

 On vous voit de plus en plus collaborer avec les instances ( Fegafoot, Ministère des sports, linaf et  Associations des clubs. Sur quelle base repose cette collaboration?

Comme je l’ai dit plus haut, il est important de collaborer pour atteindre nos objectifs communs qui sont de mieux organiser notre secteur d’activités afin que chaque acteur trouve son compte. Nous représentons les footballeurs il est donc important que nous soyons sur la table qui décide des questions liées à l’avenir de ces derniers afin de mieux présenter leur situation et apporter notre pierre à l’édifice. Nous sommes là aussi pour proposer des solutions au-delà de dénoncer les conditions qui ne nous arrangent pas. Cette collaboration était compliquée au départ, mais chacun a mis un peu d’eau dans son vin, et l’objectif est aujourd’hui de regarder vers la même direction. Nous sommes tous gagnants.

Ils sont nombreux, certains de vos anciens collaborateurs et footballeurs qui condamnent votre gestion. Que répondez à ceux là qui disent que  l’objectif n’est plus le même ?

L’organigramme de l’ANFPG est composé d’un organe exécutif et d’une équipe administrative. Nous élaborons un projet quadriennal avec des objectifs généraux, et un plan d’action annuel en découle. C’est cette feuille de route que nous suivons pour atteindre les objectifs fixés.Pour ceux qui critiquent cette logique, je les invite à se rapprocher de l’ANFPG pour que nous puissions leur fournir ces éléments clés à notre fonctionnement ça va leur permettre surement d’avoir une idée plus précise sur nos activités pour mieux les commenter.

Je ne dis pas que notre feuille de route est la meilleure, ou qu’elle doit satisfaire tout le monde, mais c’est celle-là que nous avons élaborée et validée, elle va de 2018 à 2022. Nous sommes également ouverts à toutes les propositions et idées allant dans le sens des missions de l’ANFPG .Et pour les footballeurs membres de l’ANFPG qui veulent intégrer le comité exécutif, ils peuvent en faire une demande écrite.

Quant à l’Administration, c’est la compétence et le savoir-faire qui priment, qu’on soit ancien footballeur ou pas, mais je tiens à rappeler que plusieurs anciens footballeurs sont à la tête de certains services d’abord grâce à leur savoir-faire et non à leur statut d’ancien footballeur. Je prends le cas de Arsène TOLOMANGOY qui est bénévole et Responsable du service Formation reconversion, ou encore Wilfried ENGONE qui est lui aussi bénévole et Responsable du Service Marketing et Évènementiel.

Quelles sont les raisons du départ de certains comme Paul Kessany et Jaduve Mboumba qui étaient au début de la création de l’association, leur départ n’a t-il pas créé le bicéphalisme ?

L’existence de l’ANFPG est illimitée selon nos statuts, nous sommes tous donc appelés à partir et les raisons des départs sont d’abord personnelles, seul le temps et les circonstances pourront déterminer les périodes. Nous remercions tous les bénévoles qui ont posé leur brique dans le processus de structuration de l’ANFPG, , Jaduve Mboumba(1er Secrétaire général et premier salarié de l’ANFPG) Paul Kessany 2ème Secrétaire Général de l’ANFPG (bénévole), Diane Engoung 1ere juriste de l’ANFPG (bénévole), Louis Mossad Ndong 2ème juriste de l’ANFPG (bénévole), Jean Brice Engonga, 3ème juriste de l’ANFPG (bénévole), Ingrid Wani ; DESCH Obiang ; ArseneMetogo, tous également bénévoles et d’autres encore.
Grace à eux l’ANFPG a aujourd’hui 7 salariés permanents.Je profite encore à les remercier pour leur engagement et leur sacrifice.

Quelle appréciation faites vous de l’arrêt du championnat par la fédération gabonaise de football?

Nous avons salué cette décision.Au-delà de la situation de crise sanitaire dans le pays où les cas de contamination continuent de pleuvoir, et sachant les difficultés financières des clubs, car la reprise nécessitait une logistique hors de portée pour protéger les acteurs.C’est un mal nécessaire, je l’ai mentionné lors de la réunion, il peut et va surement exister encore des impayés de salaire, mais on a qu’une seule vie, cette vie ne peut en aucun cas être un objet d’expérimentation.

Par contre, il est important de profiter de cet arrêt pour reconstruire les bases de la pratique de notre football. Concernant le football d’élite, nous avons saisi dernièrement le FEGAFOOT pour la mise en place d’un contrat standard applicable à tous les clubs, c’est une solution au problème de contrat récurent des footballeurs, mais aussi de rendre fonctionnelle la Chambre Nationale de résolution de Litige pour régler des litiges qui surviennent entre les joueurs et les clubs etc. Cela nous évitera de saisir à chaque fois la FIFA pour des litiges qui peuvent trouver des solutions sur le plan local.

Merci Rémy et bonne chance dans votre combat.

Merci pour l’intérêt que vous porter à notre organisation.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

P