FlashNews:

Gabon: Le basket-ball féminin dans l’agonie.

Le basket-ball féminin gabonais qui a connu les jours de gloire, vit de nos jours une véritable privation. Les quelques clubs qui forment et qui disposent les équipes féminines voient leurs effectifs baisser à cause d’un manque de confiance des parents vers eux, ce qui freine le manque d’ameublement qui existe dans cette section de basket-ball.

Le basket-ball occupe une place particulière dans la pratique sportive, féminine au Gabon. Il est l’une des premières disciplines à être pratiquée par les femmes et avoir une sélection nationale. Si l’Ogssu a été l’élément facilitateur pour favoriser l’implication des femmes dans ce sport et qui était suivi d’une bonne collaboration entre parents, encadreurs et les responsables d’établissement. Ces dernières années, force est de constater une faible participation des femmes dans cette discipline. Ce qui devient une préoccupation pour les responsables de la balle orange qui se posent les questions sur comment donner la confiance aux parents afin de laisser leurs progénitures à la disposition des encadreurs et des clubs dans un environnement envahi de plusieurs faits de société qui poussent au scepticisme des parents ?

Mathilde Okome, ancienne internationale, fait partie de la dernière génération à avoir porté haut la sélection. Pour elle,  une réflexion sérieuse doit être menée,  elle  sinue un certain nombres de propositions. « Il faut d’abord bien impliquer et sensibiliser les parents aux bienfaits du sport dans la vie d’un jeune. Surtout inviter les parents aux programmes d’activités de la saison menées par les clubs. Pour protéger les filles, la signature d’une charte entre la fédération, les ligues, et les clubs est nécessaire en intégrant la justice. Car le problème du basketball féminin devient un problème de mœurs ».

Mathilde Okome, ancienne internationale,

 hormis le club Tama BB, les As de l’Estuaire aujourd’hui l’Ufresga qui sont les clubs qui se sacrifie pour faire parler basketball féminin au gabon; il y a d’autres clubs et associations sont dans la formation, c’est le cas de GSBA, Owendo 7.0, mais ils sont tous confrontés aux mêmes difficultés. 

Les dés sont désormais lancés à la fédération, à elle de forger pour que cette section du basketball retrouve ses lettres de noblesse via son projet 5 majeurs. 

Par Ulrich Sima Ella

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

P